Alpinisme
Courses choisies
Haut de page Haut de page
    Au-delà des principaux sommets des Alpes et des Pyrénées il existe une multitude de courses, toutes intéressantes, même si souvent elles ne sont pas très connues.  En Suisse                  Autour du Cervin, la grande couronne des 4.000 élève de multiples sommets. La dent Blanche, la dent De gauche à droite : Le Cervin, l'Ober-Gabelhorn et la dent d'Hérensd'Herens, le Mont-Rose, L'Ober-gabelhorn, le Weisshorn, le Dom de Mischabel ....                Après avoir gravit le Zinalrothorn, notre  programme prévoyait la trDu sommet du Breithorn Ouest, vue sur Castor, Pollux le Lyiskamm et le Mont Rose.aversée du Breithorn au Mont Rose en passant par Castor, Pollux, et le Lyskamm. Les conditions météo défavorables n'ont pas permis de l'effectuer mais le projet demeure.     Du sommet du Breithorn Est, vue sur le Breithorn Ouest et le Cervin.              Nous avons tout de même gravit, malgré un vent violent, les deux sommets du Breithorn (4.164 m)  après un agréable bivouac au col Théodule que nous avons rejoint en remontant depuis Zermatt le vaste glacier du même nom.          Les Bans             En hiver, la vallée de la Bérarde est bien tranquille. La route  enneigée et  les refuges non gardés font que nous nous croyons dans un autre univers.  Arrivés de nuit à la Bérarde, nous installons nos sursacs près des voitures. Au petit matin, skis aux pieds et gros sac sur le dos, avec toCouloir nord des Bans. ujours le matériel de bivouac bien que nous soyons en mars, nous remontons la vallée. La pente sous le refuge de la Pilate est raide et la descente sur le glacier délicate. Le manque de neige en est la cause.  Nous montons plus haut sur le glacier vers un vaste replat et entre deux  crevasses. Quelques coups de pelles, la toile du sursac bien tendue et abritée derrière des briques de neige, nous finissons l'après-midi autour d'une tasse de café.           Avant le lever du jour, couteaux à neige sur les skis, nous remontons les pentes de neige en se dirigeant au mieux entre les crevasses et séracs vers la base du couloir. Le temps de se préparer, une cordée de deux nous rejoint. Nous décidons de faire les longueurs ensemble afin de gagner du temps sur la mise en place des relais.  Rapidement la neige du début fait place à la glace grise, les longueurs s'enchaînent sans contretemps.  Vers le haut, le beau ciel bleu fait place à un voile gris clair tournant peu à peu vers le gris sombre.  Aussitôt  arrivés sur la crête, le ciel s'ouvre et nous gratifie d'une belle tourmente : neige, grêle, vent. La progression sur l'arête est délicate. Le vent tend la corde et tente de nous en déloger. Quelques rappels et nous sommes déjà un peu plus à l'abri. Ensuite, en perdant de l'altitude le long de l'éperon,  la tourmente se calme et de retour à nos skis, le ciel bleu est de retour. De beaux virages nous conduisent à notre bivouac et déjà il faut songer au retour. Nous optons pour un retour direct par le glacier. Le gros sac n'est pas fait pour arranger notre style mais la descente est tout de même agréable. Bientôt le hameau est en vue alors que le jour tombe.       
Couloirs nord des Bans