Hautes Routes
Tour du Mont Blanc
Haut de page Haut de page
    Le TMB       Effectué une première fois, en famille, en 1993, nous en avions gardé un excellent souvenir malgré une météo pas toujours favorable surtout côté italien où le massif était resté couvert sous de gros nuages gris ...  et le passage de la fenêtre d'Arpette sous un déluge mémorable !       Pour la deuxième fois, nous reprenons notre sac à dos et ... c'est à nouveau l'aventure !    Cette fois-ci le départ se fera du village du Tour, via les Houches, Les Contamines, Courmayer, La Fouly, Champex, Le Trient et le Tour.  
Page 1/4
  Le sac est bien lourd, il faut dire qu'il contient tout le nécessaire pour se nourrir, dormir, se couvrir ...  Le départ, en sous-bois est agréable et permet une mise en jambe tout en douceur !  Du col des Montets, le profil du sentier change et c'est la longue montée vers le Lac Blanc entrecoupée par les multiples rencontres avec de jeunes bouquetins.   Pause repas sur les rives du lac. De là, nous quittons l'itinéraire "classique" pour se diriger vers l'arrivée du télésiège de la Flégère et de là, le col  de la Glière (2461 m)  pour atteindre le lac Noir.  La soirée non loin de ses rives nous offrira des instants magnifiques avec la  visite d'une bonne dizaine de jeunes bouquetins.     Au matin, le beau ciel bleu de la veille avait laissé place à un ciel plombé et de lourds nuages sombres étaient déjà posés sur Bionnassay.  Peu après avoir dépassé le col de Glière, la pluie nous a rejoint et nous garderons les capes jusqu'à la gare intermédiaire du Brévent.    Du Brévent, avec le ciel plus dégagé mais sous une bise cinglante, nous prenons le temps d'admirer encore une fois la chaine du  Mont Blanc avant d'emprunter le raide sentier qui en quelques épingles et quelques heures plus tard nous conduira aux Houches.   Les Houches, fin de notre deuxième journée. Camping agréable et ensoleillé mais la météo pour le lendemain n'est pas trop optimiste. Nous verrons bien ! 3° jour.  Effectivement le ciel  est à nouveau bien chargé et les sommets accrochent.  Le départ des Houches est raide et la montée vers le col de Voza, le long des pistes poussiéreuses, n'est pas des plus plaisante. Une fois le col dépassé, la pluie semble toute proche mais elle daignera nous arroser qu'un peu plus tard, juste après avoir terminé le repas de midi pris au pied du glacier de Bionnassay.    Avec le soleil revenu, la montée vers le col du Tricot  est des plus agréable si on fait abstraction des violentes rafales de vent qui arrivent même à nous jeter à terre ...  Le vent est toujours aussi fougueux mais à l'abri derrière les arbustes nous pouvons passer une agréable fin d'après midi.  Cette fois, ce sont les vaches et non les bouquetins qui nous tiennent compagnie !     Au matin du 4° jour, le ciel semble s'arranger. Petite montée vers le chalet du Truc puis longue descente sur les Contamines Montjoie où nous pouvons refaire le plein de vivre  car nous avons prévu d'arriver à Courmayer  dans trois jours.   Après Notre Dame de la Gorge, le soleil revient et nous accompagnera jusqu'aux premiers lacets du col du Bonhomme où nous nous installons pour la nuit. Dans la soirée, alors que nous commencions à manger, un orage assez violent nous oblige à nous réfugier sous notre tente et finir de manger recroquevillés. Nous espérons que ce sera la dernière manifestation du mauvais temps !
Page suivante Page suivante