spéléologie
Le Monde Souterrain
La Spéléologie
Le   sud   de   la   France   renferme   dans   son   sous-sol   un   fantastique   univers   où,      encore,      nous   pouvons   réaliser   nos plus fabuleux rêves : découvrir, explorer, partager.                               Cette   simple   phrase   relevée   dans   un   article   traitant      de   la   spéléologie,   résume   à   elle   seule   la   motivation réelle   du   spéléologue   :      "   ...      aller      là   où   la   main   de   l'homme   n'a   jamais mis les pieds " .                               Effectivement,   en   ce   21°   siècle,   découvrir   des   espaces totalement   inconnus,   jamais   répertoriés,   jamais   imaginés   semble   être un   rêve   inaccessible   à   chacun.   Bien   sûr   il   reste Mars,      Jupiter,   ou   encore   les   grandes   fosses   du Pacifique,      mais   sur   un   week-end   c'est   un   peu juste.                             La   spéléologie,   une   activité   d'équipe. Bien   que   les   progrès   dans   le   domaine   du   matériel   de   progression   ont   permis   de réduire   énormément   son   poids   et   son   volume,      les   explorations   profondes   nécessitent plusieurs   participants.   Un   sport   d'équipe,   sans   compétition,   où   chacun   travaille   pour tous.    Suivez-moi dans  une exploration ... Pour cette première descente je vous emmène sous le causse du Larzac.           En   surface,   ce   vaste   plateau   donne   l'impression   d'être vide   !   personne,   pas   de   maison,   pas   d'animaux   mais   si vous   prenez   la   peine   de   quitter   l'autoroute   et   d'y      pénétrer   vous   vous   rendrez rapidement   compte   que   ce   qui   semblait   être   un   désert   est   remplis   de   toutes choses.   Ce   tas   de   cailloux,   au   loin   c'est   une   Capitelle,   derrière   ces   chênes,   une bergerie    au    toit    en    lauze,    dans    la doline,   un   troupeau   de   brebis,   à   vos pieds    une    orchidée    ...    Par    contre aucune   rivière   ne   vient   rafraîchir   le paysage  !                                     Justement,   tout   à   coté   de cette     doline     deux     petits     chênes montent   la   garDescente   sur   cordede auprès   d'une   fracture   du   sol   d'où,   par cette    froide    matinée    de    novembre, monte   un   léger   brouillard.   Une   fois équipé,     lampe     allumée     et     corde amarrée   nous   nous   enfonçons   dans cet   univers   vertical,   noir   et   humide. D'emblée   l'air   tiède   du   sous   sol   nous surprend    et    cette    relative    chaleur nous   invite   à   quitter,   sans   regret,   l'air glacial du plateau.                            De   puits   en   galeries   nous descendons   toujours   plus   profond.   Le silence   n'est   perceptible   que   grâce   au Gourplic   ploc   des   gouttes   d'eau   qui s'écoulent   des   stalagmites   qui   peu   à peu   commencent   à   garnir   les   parois jusque   là   rocheuses.      Après   avoir   progressé   le   plus   souvent   à   la   verticale,   nous arrivons   dans   une   partie   beaucoup   plus   vaste      ou   nous   retrouvons   la   position debout.   Cette   galerie   est   entrecoupée   de   quelques   passages   étroits   qu'il   faut négocier   en   finesse.   Derrière,   nous   découvrons,   surgit   de   l'ombre   le   temps   d'un instant   grâce   au   faisceau   puissant   de   nos   lampes,   le   décor   fantastique   créé   par   le mariage de l'eau et de la roche.  Nous   venons   d'arriver   au   seuil   d'une   vaste   salle   dont   les   parois,   le   sol   et le   plafond   sont   recouverts   d'une   profusion   de   concrétions.   Stalagmites,     p   i   l   i   e   r   s   ,     coulées        et draperies     se conjuguent   merveilleusement   bien   pour   nous   offrir ce   spectacle   époustouflant.   Le   temps   a   passé   bien trop   vite   et   la   sortie   est   bien   loin,   tout   en   haut,      et les   nombreux   puits,   descendus   sans   trop   d'effort tout   à   l'heure,      sont   là   pour   prolonger   encore   notre séjour   et   nous   permettre   ainsi   de   profiter      quelques moments     de     plus,     de     cette     extraordinaire ambiance.                 Nous   arrivons   sur   le   plateau   alors   que   le   soleil se   pose   sur   l'horizon   et   qui,   de   ses   derniers   rayons faiblissants,   accroche   sur   les   nuages      et   sur   les rochers aux formes tourmentées typiques du paysage du Larzac, de tendres reflets orangés .                     
Haut de page Haut de page