Expéditions
Page 1/1
Haut de page Haut de page
PÉROU 2006
Camp 3 - 5.900 m
Camp 1 - 4.650 m
Toujours l'Amérique du sud ...       mais cette année, le Pérou n'a pas été notre unique destination.  Notre séjour a été axé selon trois thèmes :                                    - Trek de 13 jours dans la sauvage Cordillère Huayhuash.                                    - L'ascension du Huayna Potosi (6088 m) en Bolivie                                    - Le Sud Lipez à la rencontre de l'immense et insolite altiplano bolivien (voir les pages : voyages)
Cordillère Huayhuash
Nord du Pérou :  Trek dans la sauvage Cordillère Huayhuash.     Au débouché du col  "Passo de la  Fortaleza"  alors que la Laguna Conacocha, source du rio Santa, reflète les premières cimes enneigées de la Cordillère Blanche, l'on peut apercevoir, sur notre droite, un massif émergeant de l'horizon : la Cordillère Huayhuash.   Après avoir passé quelques jours à Huaraz pour commencer notre acclimatation et réglé les derniers détails de notre expédition nous partons en minibus pour Llamac en passant par la petite ville de Chiquian.      1° jour :  Afin d'éviter une première étape sur piste poussiéreuse, notre bus nous laisse à Quaterlhuain    (4.150 m), point de départ de notre trek. A peine installés, nos 2 muletiers et leurs 10 ânes  arrivent.  La soirée se terminera par un violent orage de grêle. La nuit nous laissera aussi une bonne dizaine de centimètres de neige fraîche.            2° jour : La neige est toujours au rendez-vous mais nous partons tout de même pour le col de Cacanan Punta (4.750 m). Entre deux Viscache - Mélange de lapin et d'écureuil (de la famille des chinchillas)vagues de nuages, nous pouvons apercevoir une magnifique lagune aux reflets rougeâtres.   La descente sur la Laguna Mitucocha  se fait par une série de vallons sauvages, hors itinéraire normal, dans lesquels nous avons la chance d'admirer de nombreuses viscaches (famille des chinchillas) . Campement au bord de la lagune vers 4.150 m au pied du raide Jirishanca (6.094 m) dont malheureusement le sommet ne se dévoilera pas.            3° jour : Après avoir descendu sur deux kilomètres la vallée, nous remontons une grande vallée jusqu'au col de Carhuac  Lagune Carhuacocha sur fond de Yerupaja. (4.650 m).  Du col,  le panorama sur les faces Est des deux sommets du  Yérupaja et du Yérupaja Chica respectivement 6.634 m et 6.121 m. est grandiose.  Descente agréable, avec le soleil revenu, vers la grande Siula Grande et Yerupaja au petit matin Laguna de Carhuacocha (4.100 m) dans laquelle les deux sommets du Yérupaja s'y reflètent.   Dans la nuit, encore quelques centimètres de neige, juste pour blanchir un instant une aube qui s'annonce rougeoyante.     4° jour :  C'est dans ce cadre fantastique que nous décidons de passer notre première journée de relâche.    5° jour : Nous quittons l'itinéraire classique et nous nous dirigeons plein sud dans la bellHutte de berger sur fond de Siula Grande (6.344 m)e vallée qui longe les sommets de la Siula Grande, et du Yerupaja. Après avoir pris un peu de hauteur, vers les 4.250 m, nous arrivons à l'entrée d'un tout petit village de bergers. De là, la vue sur la coLes 3 lagunes de la Siula Granderdillère et plus particulièrement sur la Siula Grande (6.344 m) est remarquable.  La vallée se resserre petit à petit et la pointe du Carnicero (5.960 m) apparaît. Avant de quitter la vallée principale, les trois lagunes de la Siula se découvrent jouant avec les reflets des sommets.  Le vallon suspendu, perpendiculaire au précédent, nous conduit  au col de Punta Siula à plus de 4.800 m. La descente sur les bergeries de Huayhuash (4.300 m), se fait en cherchant son chemin sur des touffes d'estrella (Llareta), sorte de massif corallien végétal afin d'éviter les immenses prairies humides. Les bergeries de Huayhuash sont réputées pour leur production de fromage.               6° jour : Le soleil est toujours de la partie. La montée ver le col de Portachuelo (4.750 m) est tranquille. Sur notre droite nous avons le Trapecio (5.644 m) et au loin, la cime enneigée du Cuyo (5.550m). La descente 2 lamas et 3 alpagas. Les lamas sont plus grands que les alpagas.ver le lac Viconga se fait au milieu Camp sous le lac Viconga.des troupeaux de moutons, lamas et alpagas. Non loin de la prairie où nous avons monté les tentes (4.450 m) on peut se baigner aux thermes de Putka en plein air, dans un bassin aménagé alimenté par une source d'eau chaude ( environ deux kilomètres à pied). Le lac de Viconga (sa forme rappelle la lettre V) est exploité pour l'hydroélectricité.  Le passage du col nous fait basculer côté Pacifique. En effet, depuis le passage du col de Cacanan nous étions sur le bassin versant de l'Amazonie.             7° jour : Nous prenons la direction du col de Punta Cuyac niché au pied du Cuyo ( 5.550 mètres.) petit sommet rehaussé d'un magnifique glacier suspendu.  Du col, nous aurions du avoir une vue grandiose sur les plus hauts sommets de la cordillère mais  quelques nuages malicieux nous les cachent. On se rattrapera demain.  Le col qui conduit à la vaste Quebrada d'Huanacpatay se trouve tout de même à 5.000 m. Autant la montée était progressive, la descente sera raide dans une suite de minuscules vallons couverts de terre ou d'éboulis.  Nous installerons notre campement  (4.500 m) dans la partie haute de la Quebrada car demain nous devons rejoindre la Laguna Jurau par un autre  itinéraire.           8° jour : Effectivement nous abandonnons la vallée d'Huanacpatay pour escalader, par un raide sentier, un petit val à notre droite qui grimpe en deux ressauts au col de San Antonio (5.000 m). Cette fois, le panorama sur les géants de la cordillère est au rendez-vous. De droite à gauche nous avons Le Trapecio, le Carnicero, le Sarapo, la Siula Grande, le Yerupaja, le Jirishanca et le Rasac, le tout sous un ciel immensément bleu.  A leurs pieds la Laguna Jurau, quasi circulaire et d'un bleu profond, se blottie entre deux immenses moraines.  Un peu sous la lagune ( 4.300 m) nous installons notre camp.  9° jour : Bien que le lieu soit réputé "mucho frio" nous resterons la journée complète dans ce cadre fantastique. Bien sûr, nous en profiterons pour grimper jusqu'à la Laguna Sarapococha (4.550 m). De plus l'itinéraire qui monte à la lagune passe tout à côté de l'emplacement du camp de base de l'équipe  constituée de Joe Simpson (auteur du livre "La mort suspendue") et Simon Yates lors de leur ascension de la face ouest du Siula Grande.           10° jour : Très longue étape  qui va nous conduire de la Laguna Jurau sous le col Tapush en passant par le village de Huayllapa (3.500 m), village Nos ânes où habite notre muletier. La descente est tranquille et deux heures après nous retrouvons l'itinéraire normal qui longe la vallée d'Huanacpatay. Le village est des plus isolé, pas de route, l'électricité depuis peu, seulement quand la nuit est tombée, grâce à une micro centrale hydroélectrique et un seul téléphone (par satellite). Ayant perdu pas mal d'altitude nous retrouvons une végétation plus abondante et les cultures envahissent les pentes les plus raides. Le campement sera installé sur un vaste replat (4.650 m) avant d'arriver au col Tapush. Le fond de la vallée est fermé par le Diablo Mudo l'un des rares sommets "faciles" du massif.            11° jour :  Le passage du col Tapush (4.800 m) ne pose aucun problème. Nous contournons le Diable muet qui se reflète dans la petite lagune de Susucocha. Nous descendons la vallée de Jashapampa mais sans trop perdre d'altitude nous obliquons à droite et pénétrons dans une autre vallée bordée de quenoales.  Ces arbres aux troncs rougeâtres et qui se pèlent comme des oignons constituent les forêts les plus hautes du monde.     12° jour : L'itinéraire joue astucieusement avec les vires et rampes qui se cachent dans les barres rocheuses qui semSiula, Yerupaja, Yerupaja Chica, Jirishancablent fermer le fond de la vallée.  Arrivés au col Yaucha (4.800m)  nous quittons un instant le sentier normal pour se rendre au "belvédère".  De la crête qui borde la rive droite de la vallée, le spectacle qui se découvre sur les faces ouest du Yerupaja est saisissant. Au même moment, dans le ciel immensément bleu, un condor trace une belle arabesque avant de filer tout au loin dans l'horizon.  La descente vers les Laguna de Jahuacocha et Solteracocha se fait au milieu d'immenses massifs de lupins bleus.             13° jour : Nous partons de ce site enchanteur pour notre dernière étape. Les ânes resteront sur le sentier qui passe par le col de Pampa-Llamac tandis que nous utiliserons un itinéraire "à flanc"  qui suit la récente conduite souterraine qui alimente  en eau le village de Llamac. Nous suivons ainsi sur plus d'une douzaine de kilomètres la sauvage vallée de Pacllon avant de plonger sur notre terminus : Llamac.   Retour sur Huaraz dans la soirée en minibus.  
Lagune vue depuis le col de Cacanan (4.650 m)
1° nuit. Ambiance !
écorce des quenoales (arbres d'altitude)
Lagunes Jahuacocha et Solteracocha. Au fond, le Jirishanca.
Siula grande - 6356 m