Les voyages Le Pérou, une destination fabuleuse !
Voyages
En effet à 15 heures de vol de la France, un pays où en quelques heures de bus vous passez des rives du Pacifique aux plus hauts sommets andins, des rives du plus haut lac navigable, aux berges des  plus grands fleuves de l'Amazonie ...... c'est bien le Pérou.    Mais le Pérou sans les péruviens !  Qu'ils soient quechua ou métis, du nord ou du sud, ils savent tous, nous réserver leur meilleur accueil.          Une idée de voyage ? Je vous propose une boucle qui, faisant suite à une expédition dans la Cordillère Blanche nous a conduit de Lima à Huaraz, d'Huaraz à Puno en passant par Cusco pour finir par Arequipa et encore une fois Lima.      Le nord :         Si vous aimez la montagne, vous ne pouvez pas ne pas aller à  Huaraz. Au coeur d'une vallée enserrée entre la cordillère noire  et la cordillère blanche, cette charmante ville est le point de départ de nombreux treks et expéditions, et peut être comparée à  Chamonix. Non pas  Cham mais bien Chamouni.             Pour s'y rendre, la meilleure solution est le bus. Moyen de transport rapide (pour le pays) et confortable. La plupart des trajets peut se faire de nuit. On s'endort à Lima, on se réveille à Huaraz. Une nuit d'hôtel en moins et une journée de plus.                  400 Km, 8 heures de trajet et le petit matin vous attrape dans la fraîcheur des rues d'Huaraz. Bien qu'il soit à peine 6 heures, la ville est bien réveillée. La poussiére ne s'est pas encore redéposée, que vous êtes accueillis par une dizaine de péruviens qui proposent, les uns un taxi ou un hôtel ou encore un logement, les autres d'organiser votre prochain  trek. Pas besoin d'avoir tout  organisé à l'avance, un petit quart d'heure sur la porte de la gare et votre séjour est bouclé.            Face à vous, les deux immenses dômes de neige du Huascaran semblent bien près et captent longuement le regard.  Mais ce qui caractérise  le plus la ville, ce sont ces rues où se pressent les innombrables abris de toile que sont les étals du marché. Bien avant le lever du jour et jusqu'à fort tard dans la nuit, les boutiques  sont ouverts. Vous trouverez tout. Je dis bien TOUT. Le moderne côtoie l'ancien, les cybercafés jouxtent les écrivains publics toujours équipés de machines à écrire des années 50.     Le centre :           Lima :  vaste capitale couverte de brouillard 10 mois de l'année à cause du courant froid de Humboldt en provenance de l'antarctique sur lequel s'ajoutent les épaisses fumées des voitures, bus et usines renferme toutefois quelques coins sympathiques.            Au sud de la ville, le long du pacifique qu'il surplombe d'une centaine de mètres,  le quartier résidentiel de Miraflores. Presque un coin d'Europe !            Le centre, avec ses grandes avenues bordées de belles maisons de style espagnol aux façades présentant de vastes balcons en bois particulièrement biens ouvragés. La place d'armes bordée de la mairie, de la cathédrale et du palais présidentiel.            Au nord, rive droite du Rimac, petit fleuve qui coupe la ville en deux, les faubourgs ..... bidonvilles et favelas se succèdent sur plusieurs dizaines de kilométres bordés à l'ouest par le port et l'aéroport et plus au nord par un vaste désert côtier où sur plus de cinquante kilométres nous n'apercevons que du sable.     Au sud :      Cuzco, "le nombril de la terre", conserve de son passé de nombreux vestiges incas. Bâtie à 3.100 m d'altitude elle  est la gardienne de la célèbre vallée de l'Urubamba,  la "vallée sacrée" qui  conduit au non moins célèbre site de Machu Picchu. Aprés un voyage d'une demi-journée en bus ou en train, la route s'arrête et c'est à pied que la découverte de la plus célèbre cité inca sera effectuée. Quatre jours de marche sur une ancienne voie, le fameux "chemin de l'inca", franchissant des cols à plus de 4.200 mètres, dallé, bien tracé mais aux milliers de marches dures à la montée mais terribles à la descente.                    Encore plus au sud, le lac Titicaca. Cette mer intérieure, perchée à 3.820 mètres conserve quelques unes des plus particulières coutumes du Pérou. Les îles flottantes d'Uros, construites  en roseaux, nécessitent un travail constant pour éviter de les voir s'enfoncer lentement sous l'eau. Les îles d'Amantani et de Taquille conservent un mode de vie inchangé depuis plusieurs siècles. Au loin, semblant flotter au-dessus de l'eau,  la cordillère royale dessinant les rives de la Bolivie.              Enfin, sur les flanc du volcan Misti, pyramide parfaite, se trouve la ville d'Arequipa : "la ville blanche". Les puissantes bâtisses, construites en sillar, pierre volcanique blanche, résistent plutôt bien aux nombreux tremblements de terre qui affectent cette région. Au centre, non loin de la place d'armes, le couvent de Santa Catalina, ville dans la ville avec ses rues, ses nombreuses maisons, ses places, fontaines et églises rappelle la lointaine Andalousie.            Le désert côtier :             Pour un  dépaysement des  plus total, longez la côte du pacifique au sud de Lima en direction d'Aréquipa. A partir de Pisco, port de pêche et porte d'accés à la réserve de Paracas et aux iles Ballestas,  vous naviguerez le long de la panaméricaine sud dans un paysage minéral incroyable.             Ce désert côtier long de prés 3 000 Km pour quelques dizaines de large s'étend  du nord du Pérou jusqu'au Chili pour se confondre avec le désert d'Atacama, plus aride encore. C'est un désert au sens strict : Dunes mouvantes, lits de riviéres asséchés, plaines rocailleuses et montagnes couleurs châtaigne. Des années entières séparent parfois les chutes de pluies torrentielles, ce qui fait de cette région l'une des plus arides de la planète. Il y a de vastes zones où rien ne pousse, pas même des cactus ou de la broussaille ! Malgré ces conditions extrêmes, cette région a donné naissance à certaines des plus fabuleuses civilisations. Les communautés Paracas et Nazca ont toutes deux prospéré ici, produisant des textiles et des poteries spécifiques sans oublier les célèbres et énigmatique lignes de Nazca.              C'est dans cette région qu'est fabriqué le pisco, alcool célèbre du Pérou, distillé à partir du vin produit par les vignes qui entourent la ville de Ica. Cette cité, comme toutes les villes construites dans cette région, est irriguée seulement  par l'eau amenée par les anciens aqueducs inca des lointaines montagnes bordant à l'est ce désert  et plus rarement par les crues des rivières  lors de la fonte des neiges.  Plus surprenant encore, est  la luxuriante oasis de Huacachina enchâssée entre des dunes de plus de 100 m de haut et située à quelques kilomètres au sud de Ica.    
Haut de page Haut de page