Page 1/1
Vers le soleil levant pour une virée souterraine ...       Pour ce début d'année ma destination est le Laos. En effet, invité à participer à une expédition spéléologique, j'ai pu découvrir un magnifique pays et  explorer, parfois en première, de vastes et belles cavités. Sabai dee 
 Après un long voyage, via Paris, Bharein, Bangkok et NakhonPhanom, nous arrivons sur les berges du Mékong d'où nous pouLe Mékongvons apercevoir dans les brumes du petit matin les montagnes karstiques du Laos.  Une fois les formalités d'immigrations effectuées nous embarquons pour la traversée du fleuve qui fait déjà plus d'un kilomètre de large.       Arrivés au Laos, ce que l'on remarque en premier c'est le contraste avec la Thaïlande, pourtant toute prVillage de Ban Nom Pingoche, tant au niveau des maisons que des routes, commerces ou tuk- tuk (triporteur à moteur). L'accueil, quant à lui est toujours agréable et malgré la barrière de la langue, toutes les transactions se font avec le sourire.     De Thakhek, nous prenons deux camionnettes et par des pistes de plus en plus défoncées nous nous dirigeons vers l'est. Après plusieurs heures dans la poussière, nous arrivons au village de Ban Nom Ping (village des sangsues) où nous devons loger pendant une dizaine de jours. C'est sous les regards curieux des enfants que nous déchargeons les véhicules et installons le camp.         Ce petit village perdu tout au fond de la province de Khammouane est situé à vingt minutes d'une belle rivière, la Xé Ban Fai. Rivière dont près de 7 kilomètres sont souterrains. De belles explorations en perspective.      Les habitants vivent principalement de la chasse et de la cueillette. Quelques champs dans les poljes (dépressions)  et aux abords de la rivière sont cultivés pour le riz. Les maisons en bambous sont toutes sur pilotis, construction classique au Laos. Nous explorons la grotte de l'Ermite, sortie fossile de la Xé Ban Fai, située quelques 70 mètres plus haut. La galerie est majestueuse, magnifiquement ornée de colonnes gigantesques, gours de plus d'un mètre de haut. C'est par une descente de 60 mètres que nous rejoignons la partie active du réseau et c'est en bateau pneumatique que nous retrouvons la sortie après 700 mètres de navigation.  La navigation sur cette rivière est fantastique ! L'eau noire se confond avec le noir immense de la galerie que nos éclairages puissants arrivent à peine à dessiner .          Le porche de sortie de cette gigantesque résurgence mesure plus de 60 mètres de haut pour autant en largeur. Le débit de la rivière, en cette période sèche est d'environ 5 m3/s.       Après plusieurs heures de marche en suivant de vagues traces à travers la jungle et les lapiaz, accompagnés de deuxGours guides, nous arrivons devant le porche de la grotte des hirondelles (Tham En) .  Plus de 2 kilomètres de vastes galeries  nous emmènent toujours plus profond dans les calcaires dévoniens.  Les températures y sont plus clémentes que chez nous en France et les bains volontaires ou non ne sont pas craints. Par contre, aux alentours des entrées et même sous les porches, il faut se méfier et éviter les rencontres désagréables avec les araignées, scorpions, serpents et autres myriapodes ....         Un camp avancé  de 4 jours dans le jungle, sur la partie amont de la Xé Ban Fai,  nous a permis d'explorer les galeries hautes de cette Grotte des nuagesgrotte et de finir d'explorer la grotte des nuages.  Dans cette cavité,  un phénomène assez particulier y a été observé :  par endroits, la galerie se charge de vapeur d'eau à saturation et provoque l'apparition d'un nuage de plusieurs centaines de mètres de longueur qui remplit le haut de la galerie. Ce nuage est si épais qu'il est quasiment impossible de s'y repérer. Les galeries de cette partie fossile (sauf en période de mousson) sont l'ancien cours souterrain de la Xé Ban Fai.   Les dimensions sont telles, qu'il n'est pas rare de s'y perdre.       Le retour au village se fera par la rivière après une navigation de plus de 4 heures.  Plusieurs rapides obligent à accoster ( en évitant les écueils !)  et a transporter notre frêle esquif sur quelques centaines de mètres.  Lors d'un embarquement, un bouillonnement sous le bateau ... une belle déchirure me jette immédiatement à l'eau.   Après réparation, la navigation  reprend.                        La fin du séjour approche et nous partageons avec tout le village, la fête qui nous est donnée en signe de bienvenue. Bière de riz dans la jarreTraditionnellement, après les discours d'accueil, nous partageons la bière de riz avec les villageois (bière qui est aspirée deux par deux avec un roseau directement dans une jarre) . Nous remettons aux maîtresses d'écCérémonie de bienvenueole des cahiers et crayons et les personnalités du village nous attachent aux poignets, des brins de coton en signe d'amitié et aussi pour nous porter chance.                                         Nous quittons ce village pour aller vers l'ouest explorer une nouvelle contrée.  Nous logeons cette fois dans le temple du village de Enfants du villageBan Thaatot. Dans ce secteur seule la grotte Marie Cassan, explorée sur plus de 2 kilomètres, est connue. Le karst est vaste et les premières prospections y sont encourageantes.   La fin du séjour arrive et c'est avec beaucoup de regret que nous sommes obligés de quitter ce pays et surtout ses habitants. Mais l'espoir d'y revenir demeure.           Laa khon  (à bientôt)
Repas du soir au camp - Temple de ban Na
Expédition spéléologique
Haut de page Haut de page
LAOS 2008
Lever de soleil sur les rizières de Ban Thaatot